Compenser un manque de site web

31 août, 2018

Quelques plateformes pour compenser une absence de site web

Par Stratégie Web, agence référencement

Un investissement sans garantie


Quoique l'on en dise, pour une entreprise ou une organisation, acheter un site web professionnel peut s'avérer extrêmement onéreux - dépassant bien souvent le double-billet de cinq cents euros pour un site relativement maigre. Le prix s'ajoute aussi à l'incertitude entourant votre vitrine digitale : en effet, rien ne vous garantit que votre site sera visité par lui-même sans autre action de votre part. Pour (concept paradoxal, je sais bien) assurer une visibilité à votre vitrine du web, il vous faudra probablement avoir recours à des prestations SMO (réseaux sociaux) ou SEO (Optimisation Google). Et qui dit prestations supplémentaires, dit plus gros trou dans un budget déjà bien entamé. L'Agence de communication Mâcon vous propose donc quelques alternatives malines pour combler au mieux un manque de site web et avoir la meilleure présence possible sur le web.


Google My Business : la base
Lien :https://www.google.com/intl/fr_fr/business/

Bon seigneur qu'est Google, ce dernier vous offre la possibilité d'inscrire votre entreprise directement dans ses bases de données. Après avoir rempli vos informations, l'adresse de votre société ainsi que vos horaires, vous passerez par un processus de validation au terme duquel votre entreprise apparaîtra non seulement dans les résultats de recherche, mais aussi sur Google Maps !

Exemple : Un plombier se trouvant sur Lyon, après l'inscription sur Google My Business, pourra apparaître en haut des résultats de recherche sur une requête locale du type "plombier à lyon".

 

rédacteur web jg

 

De même, votre entreprise pourra être visible directement sur Google Maps ! Pas mal, non ? Avec Google My Business, vous disposez donc d'un point d'entrée sérieux dans les sphères du web. Votre fiche sera ainsi porteuse de visibilité, tout en présentant bon nombres de fonctionnalités comme la publication d'informations spéciales ou les avis clients. A ce propos !

La p'tite astuce : Les avis clients sont un facteur déterminant lors de t'établissement du classement My Business. Si vous observez bien l'image ci-dessus, le plombier apparaissant en premier n'est pas nécessairement le mieux noté, mais celui qui possède le plus d'avis (22). Alors, dès que vous avez créé votre fiche MyBusiness, récoltez ces précieux avis, et demandez à vos actuels clients de prendre une minute pour publier leur appréciation !

Les plateformes généralisées, nationales


Des PagesJaunes à StarOfService, vous trouverez en cherchant bien une multitude de sites d'annuaire et de plateformes clients-services sur lesquelles il est possible de vous inscrire. Toutes ne sont pas gratuites, bien entendu, mais pour prendre l'exemple de PagesJaunes, l'inscription pro ne prend que quelques secondes, et vous assure une place sur un site dominant la plupart des requêtes locales géolocalisées. Que demande le peuple ?

 

Ne jamais oublier Facebook
Lien : https://www.facebook.com/business/learn/set-up-facebook-page

Toutes les 60 secondes, Facebook représente :

510,000 commentaires
293,000 mises à jour de statut
136,000 envois de photos
Lors du 2ème trimestre 2018, Facebook a totalisé 2.23 milliards d'utilisateurs actifs.

Bref, Facebook ne peut être ignoré. Créer une page pour votre entreprise peut paraître simple ou inutile, mais soyez-sûr qu'à la fin du mois, plus de gens auront aperçu le nom de votre entreprise sur votre page qu'en vrai. Un levier de visibilité extrêmement puissant, à ne pas négliger, au contraire.

La popularité, par Google

30 août, 2018

agence de communication macon

 

La toile fait aujourd'hui partie intégrante de notre quotidien. Cependant, force est de constater que la plupart des gens n'en savent que très peu sur l'origine du Web, et sur l'araignée qui l'a tissée. 

Commençons d'abord par un principe : le principe de popularité.

Avant Google, un site était jugé exclusivement sur son contenu ; sur des critères appelés "OnSite". Le problème avec un système dépendant exclusivement de ce que le webmaster indique, c'est qu'il est facilement manipulable. Un site de plomberie pouvait ainsi attirer du trafic venus de mots-clés pornographiques par un simple ajout desdits mots-clés dans la balise "meta-keywords". Aucune pertinence, donc, d'un point de vue algorithmique et thématique.

Arrive Google quelques années plus tard, avec entre ses mains une révolution à l'échelle numérique : la popularité. Bien que le OnSite, le contenu, demeure un critère décisif lors de l'établissement des classements ; il est désormais accompagné d'une note dénommée PageRank. Cet indicateur mesure simplement la popularité d'un site, à savoir, la fréquence à laquelle il est cité sur le web ; en bref, le nombre de liens pointant vers lui. En produisant un contenu de haute qualité, les sites web pouvaient espérer grimper dans les classements de Google grâce aux diverses citations effectuées par les internautes, que ce soit sur des forums, des blogs, ou des réseaux sociaux. 

Quand vous naviguez sur un site et que vous apercevez un lien pointant vers un autre site, vous pouvez considérer cela comme un vote effectué par le premier en faveur du dernier. En créant un lien vers un autre site, un internaute implique tacitement qu'il adhère à son contenu, l'a trouvé utile, ou dans le cadre d'une entreprise, a déjà eu recours à ses services et en est satisfait. 

Cependant, même un système de la sorte peut être manipulé. Ce fut le cas. Les consultants SEO de toutes origines ont cherché et trouvé d'innombrables méthodes permettant d'obtenir des liens externes. Certaines plus qualitatives que d'autres. Face à l'émergence alarmante du spam (spam désignant des méthodes peu scrupuleuses pour obtenir des liens), Google a mis en place diverses mises à jour de son algorithmes pour le contrecarrer. Une entreprise qu'il continue aujourd'hui encore de mener, véritable chat face aux souris que sont les experts du Web.

 

 

Accueil